Ours et loup : quels animaux sauvages de nos contrées ont autant marqué la civilisation européenne ?

Les débats actuels sur la réintroduction ou le retour de ces grands prédateurs sont tributaires d’une relation millénaire entre homme et animal, où fascination et horreur, respect et répulsion sont intimement mêlés.
Des plus anciens témoignages de leur présence dans l’Ain à leur extermination organisée, du symbole au vocabulaire, de la louve de Belley à nounours, suivez la piste…

Ours et loup: une histoire liée

Ours et Loup sont les seuls animaux sauvages de grande taille présents dans notre région de manière continue, des temps préhistoriques au 20è siècle.
Les débats actuels sur la réintroduction ou le retour de ces grands prédateurs sont tributaires d’une relation millénaire entre homme et animal, où fascination et horreur, respect et répulsion sont intimement mêlés.

Des plus anciens témoignages de leurs présences dans l’Ain à leurs exterminations organisée, du symbole au vocabulaire, de la louve de Belley à nounours, suivez la piste…

Des animaux dans les archives

Avant le 17è siècle, les sources écrites concernant l'ours ou le loup sont rares. Les textes recensés pour l’Ain couvrent principalement la période qui s'échelonne entre 1687 et 1956. En revanche, la loi burgonde du 6e siècle et les comptes de châtellenies du 14e siècle soulignent l'ancienneté de la chasse au loup et à l'ours.

 

Sur les traces de l'animal…

La moitié Est du département (Revermont, Bugey et Pays de Gex) cache au creux de ses vallées encaissées ou le long de ses barres rocheuses, un grand nombre d'anfractuosités (grottes, cavernes, abris sous roche…). Depuis des millions d'années et jusqu'à la fin du XIXe siècle, ces abris naturels ont constitué, pour les ursidés principalement (ours des cavernes, ours bruns), un refuge idéal lors des longs mois d'hiver. Toutefois, ces conditions favorables n'ont pas empêché certains individus de mourir là, durant leur semi-léthargie, parce que malades, chétifs ou blessés. Dans cet univers neutre que constitue la grotte où la température et l'hygrométrie sont constantes, où les prédateurs -petits et gros- sont absents, toutes les conditions sont réunies pour faciliter la préservation des squelettes.

Le loup des plaines, l'ours des montagnes

Les facultés d'adaptation du loup et de l'ours étaient telles qu'ils pouvaient vivre dans des milieux naturels très variés : la plaine découverte de la Bresse leur convenait tout aussi bien que les montagnes boisées du Bugey.

Une lutte à mort

La question de la destruction des loups, jamais évoquée dans l’Antiquité gréco-romaine, surgit après les grandes invasions (à partir du 5e siècle). On utilise soit le piégeage, soit la chasse. La loi burgonde (6e siècle) atteste l’utilisation des pièges dès cette époque. Ils sont simples à mettre en œuvre (appâts empoisonnés ou bourrés d’aiguilles qui perforent l’appareil digestif) ou plus complexes (fosses, collets, « chambres à loup »). Les pièges à mâchoires métalliques, sont beaucoup plus récents.

Pattes d'Ours et foie de Loup

La chasse et la capture des loups et des ours aux 18è et au 19è siècles visaient avant tout leur extermination. Cependant, peaux, chairs, os ou organes ont connu des usages vestimentaires, pharmaceutiques ou culinaires.

 

Les mots et les expressions

Ours et loup sont si présents dans l’imaginaire qu’ils ont naturellement marqué notre langue. Les noms de personnages, de lieux, les objets, plantes et expressions qui les évoquent sont innombrables. Voyage au pays des noms et des mots…

Conclusion

"Nos mouvements en faveur de certaines espèces ne doivent pas reposer sur l'ignorance !"
(Robert Delort, les animaux ont une histoire, p349)

Remerciements

Conception Réalisation
Archives départementales de l'Ain.