Lettrines médiévales

63 image(s)

L'alphabet à travers les lettrines

Les Archives départementales conservent une multitude d’écritures manuscrites, du 11e siècle à nos jours.  Certains documents, particulièrement importants ou solennels, sont agrémentés d’effets décoratifs ou calligraphiques particuliers. C’est le cas des « terriers » des 15e et 16e siècles, livres qui contiennent les « reconnaissances » de chaque tenancier d’une seigneurie : le possesseur déclare tenir son bien (maison, terre cultivée, bois ou autre…) du seigneur et lui devoir en échange tel ou tel service, redevance en argent ou en nature. Comme le terrier est un document de valeur, qui prouve les droits du seigneur, il est soigneusement écrit et relié ; l’initiale, c’est-à-dire la première lettre de chaque reconnaissance, est ornée, sous la forme d’une lettrine de grand format, constituée d’entrelacs, d’arabesques et de motifs géométriques, humains, animaux ou végétaux.
Les scribes, chargés de mettre en forme les terriers, puisaient les idées décoratives dans des recueils de lettrines, largement diffusés à cette époque. L’alphabet présenté dans cette galerie est constitué d’extraits de trois documents : le terrier de la seigneurie de Douvres, en Bugey, (1479-1488, cote 1 J 16), le terrier de la collégiale de Varambon (1513-1516, cote 16 J 19), (1552-1554, cote 16 J 24) et le terrier de la seigneurie de Messimy, en val de Saône (1530, cote E 38).